Le Progrès : Vos députés et sénateurs travaillent-ils assidûment ?